EN

PAGOF

Encourager l’administration et la société civile à œuvrer pour un gouvernement ouvert

La participation au Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO) des pays d’Afrique francophone est encore assez limitée (6 pays membres), mais le processus suscite de plus en plus d’intérêt et de nombreuses initiatives.  D’importantes réformes ont vu le jour ces dernières années pour renforcer l’accès à l’information, la transparence financière, la participation citoyenne et la redevabilité, et répondre ainsi aux aspirations citoyennes.

 

Calendrier

Octobre 2017 – Octobre 2020

Budget global

1,5 M€

Francophonie Gouvernance démocratique Numérique

Le Projet d’Appui aux Gouvernements Ouverts Francophones (#PAGOF), mis en œuvre par CFI et Expertise France, accompagne les administrations et la société civile, dont les médias, afin d’améliorer la gouvernance, l’accès à l’information et la participation citoyenne dans la construction et le suivi de l’action publique en Tunisie, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Il s’inscrit dans le cadre du PGO, qui regroupe aujourd’hui 79 pays et des organisations de la société civile (OSC).

En 2020, plus de 500 personnes ont bénéficié de formations et d’actions de sensibilisation. L’accent a été mis sur le renforcement des connaissances sur les principes du Gouvernement ouvert et des capacités techniques dans la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre de leur plan d’action national. Vingt-huit journalistes d’investigation tunisiens ont, par ailleurs, participé à des ateliers sur le droit d’accès à l’information en Tunisie ou le journalisme de données et la vérification des faits.

Transparence administrative et redevabilité publique

En Tunisie, 54 personnes, dont 50% de femmes, ont été formées pour mieux comprendre les enjeux de la loi relative au droit d’accès à l’information. Adoptée en 2016 par le parlement tunisien, cette loi constitue en effet une “révolution juridique” dans un pays où divulguer l’information administrative était auparavant interdit. Des agents de la fonction publique chargés de mettre la loi en œuvre à l’échelon local, mais aussi des journalistes et représentants d’OSC ont été sensibilisés aux possibilités offertes par cet outil de transparence administrative et de redevabilité publique. 

Au Burkina-Faso, 223 membres d’OSC, de médias et d’autorités coutumières de douze communes ont participé à des ateliers consacrés à la question des données budgétaires des collectivités territoriales, afin de jouer pleinement leur rôle de suivi et de contrôle des politiques publiques locales. En Côte d’Ivoire, l’action du PAGOF s’est concentrée sur la sensibilisation aux principes clés du budget participatif, à travers des sessions de sensibilisation pour 147 responsables d’OSC, et des formations pour 192 élus locaux et agents administratifs de trois communes.

Un soutien à dix projets pour lutter contre la pandémie

En juin, un appel à propositions “Gouvernement ouvert et Covid-19” a été lancé pour appuyer des organisations africaines de la société civile souhaitant contribuer à la lutte contre la pandémie, à travers des initiatives dans les domaines de la transparence, de l’accès à l’information et des données ouvertes. Dix projets ont bénéficié d’un appui financier pour leurs actions. Un webinaire a été organisé en décembre pour valoriser six initiatives, aussi bien au niveau du PGO qu’en Afrique francophone, visant à répondre aux défis posés par la pandémie. Cet évènement, qui a cumulé 1 000 vues avec une moyenne de connexion de 50 minutes, a suscité le partage d’idées et d’outils pratiques, tout en renforçant les principes du gouvernement ouvert.

La réalisation du projet Manonga avec PAGOF a été enrichissante. Cela nous a permis de progresser en tant que structure, mais aussi d’apporter notre part à l’instauration de la paix dans notre pays. »
Un responsable de l’ONG Communication Idea Development (CID)

Covid-19 et gouvernement ouvert en Afrique francophone​


Autres projets menés en 2020